Course du meunier


PRESENTATION SOMMAIRE DU JEU

Dans les années 1950-1960, des courses étaient parfois organisées lors des battages, sans vainqueurs, juste pour se défier et peut-être aussi pour oublier la fatigue. C’est au début des années 1970 que cette pratique a été reprise pour devenir une activité de la FALSAB, section sports athlétiques (FNSAB à partir de 1980). De telles courses étaient-elles pratiquées par les meuniers au 19ème siècle et avant ? Cela reste à découvrir.

LE BUT DU JEU

Le but du jeu est de réaliser un parcours de 120 m avec un relais de 6 équipiers, chacun devant transporter un sac de 50 kg rempli de céréales. Deux ou plusieurs équipes sont en concurrence à chaque manche. Une finale détermine des vainqueurs.

LE DEROULEMENT DE LA PARTIE – LES JOUEURS

Le jeu est organisé en équipe, comme au tirer à la corde. Chaque équipe est constituée de 6 joueurs. Comme deux équipes (ou plus) s’affrontent sur un relais, un arbitre donne le départ et des assistants chronomètrent et surveillent la course de chaque équipe. Au signal, les premiers coureurs placent le sac de 50 kg sur leur dos et démarrent. Ils doivent aller jusqu’à un piquet distant de 60 m et revenir au point de départ. Là, ils passent le sac à leur relais, et ainsi de suite jusqu’à la fin.
La course est rendue plus difficile par la mise au sol de 4 rangées de bottes de paille distantes entre elles de quelques mètres, et qu’il faut franchir en courant.

MATERIEL ET TERRAIN DU JEU

Le terrain est souvent un sol herbeux. Les deux piquets mesurent 80-100 cm au dessus du sol. Les bottes de paille sont de petite taille et sont alignées sur toute la largeur du jeu. Elles mesurent environ 40-45 cm de hauteur maximum. Le sac de toile doit être suffisamment ample pour prendre prise.